25 janvier: le début de la contre-attaque

Appel de l’Initiative de Solidarité avec la Grèce qui Résiste pour les élections grecques du 25 janvier

Il devient plus qu’évident que le peuple grec renversera le gouvernement d’extrême droite de Samaras-Venizelos, aux élections du 25 janvier, envoyant ainsi un message clair aux élites européennes et à la classe dirigeante locale: malgré les efforts de Junker, Merkel et Moscovici, l’intimidation et le chantage des élites européennes et des médias ne marchent plus. L’Initiative de solidarité avec la Grèce qui résiste,  appelle les grecs de  Belgique qui le peuvent, à aller voter et à renforcer par leur vote les forces de la gauche anti-mémorandum (Syriza, KKE et Antarsya), qui ont soutenu les luttes du peuple grec contre la barbarie.

Il faudra cependant rester vigilants, afin que cette imminente victoire historique de la gauche en Grèce, ne se limite pas  à constituer une récompense symbolique de la lutte, et surtout n’aboutisse pas à une frustration des espoirs. Cette victoire peut et se doit de marquer  le début d’une contre-attaque des peuples européens pour l’abolition des politiques d’austérité, l’annulation de cet expérience néolibérale qui terrasse  les sociétés, annule la démocratie, supprime les droits, viole la souveraineté du peuple et asservit les consciences. Pour ce faire, il faudra que toute la gauche soit renforcée, les forces appelant à une rupture immédiate incluses.

L’abolition immédiate de l’ensemble des lois d’application des mémorandums, l’annulation de la dette odieuse de la Troïka, la nationalisation et le contrôle démocratique des banques – que le peuple grec a saigné pour sauver et qui menacent maintenant de le priver de son logement -, l’augmentation immédiate des salaires, toutes ces mesures ne peuvent être considérées comme extrémistes. Il s’agit de mesures indispensables pour la survie de la société, que toute société libre est capable de décider sans demander la permission aux usuriers internationaux, que ce soit des Etats ou des banques.

La bataille électorale du 25 janvier et la première -et peut-être la plus facile. Pour gagner celles qui suivront, pour que les peuples en finissent avec l’austérité, l’appauvrissement violent et la répression, il faudra que le peuple prenne les choses en main, en construisant un mouvement populaire fort dans les quartiers et les lieux de travail en Grèce et en Europe.

Parce qu’on ne s’émancipe pas en déléguant.

Après les urnes, nous nous retrouverons en masse, dans la rue, en Grèce, en Belgique, dans  l’Europe entière.

Initiative de solidarité avec la Grèce qui résiste

Advertisements

Votre commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s