Les jours du gouvernement illégitime Samaras-Venizélos semblent comptés

Les jours du gouvernement illégitime Samaras-Venizélos semblent comptés puisque le Conseil de l’Eurogroupe du lundi l’a lâché.

La Troïka exige des nouvelles coupes afin de débloquer la dernière tranche d'”aide” prévue par le mémorandum et la prolongation officielle de celui-ci jusqu’au mois de mars 2015. Le duo Samaras – Vénizelos se voit contraint d’anticiper l’élection présidentielle qui débutera donc la semaine prochaine.

Le Président de la République est élu par le Parlement avec une majorité qualifiée de 180/300, un chiffre très éloigné pour le gouvernement actuel (le budget 2015 n’a été voté que par 155 députés), qui de plus propose un candidat peu fédérateur, le conservateur ex-commissaire européen à l’environnement, Stavros Dimas. La non- élection du Président provoquerait automatiquement des élections anticipées début février 2015.

Cependant, la partie n’est pas encore jouée puisque les pressions exercées sur les députés indépendants mais également sur ceux appartenant à des partis qui se sont engagés à voter “non” ne font que commencer. L’effondrement de la Bourse d’Athènes hier -12,78%) est une première indication du chantage et de l’intimidation qui va s’orchestrer ces prochains jours. La réaction du mouvement populaire pour exiger dans la rue le départ immédiat du gouvernement est cruciale pour empêcher que les députés ne cèdent.

Si la mission impossible de trouver 180 voix pour le gouvernement actuel n’aboutit pas, les créanciers européens se sont assurés avec le décision de l’Eurogroupe que si au lendemain des élections Syriza forme un gouvernement – seul ou en coalition – la Troïka et son mémorandum seront toujours-là. Ce gouvernement n’aura pas de période de grâce et le choix entre une rupture impliquant des gestes unilatéraux et la soumission aux desiderata des créanciers va se poser immédiatement. Ceux-ci vont essayer de decrédibiliser Syriza et avec lui toute la gauche radicale européenne en le forçant de mener à bien comme prévu le Mémorandum.

Au moment où le temps historique et politique semble à nouveau s’accélérer, il est clair que l’inversion de la politique de la barbarie sociale et du détricotage de le démocratie par les élites européennes ne peut se faire sans la mobilisation et la participation active du peuple grec et des autres peuples européens.

Toute alternative (en Grèce comme ailleurs) passe par la déclaration de la dette de la Troïka comme illégitime et l’annulation des toutes les lois qui ont étés votées sous sa botte les dernières quatre années.

è

Advertisements

One thought on “Les jours du gouvernement illégitime Samaras-Venizélos semblent comptés

  1. Le remboursement de la dette budgétaire de l’État grec imposée par la Troïka BCE-FMI-UE est illégitime. Cette dette due aux banques est illégitime, la BCE est illégitime, le FMI est illégitime, l’UE est illégitime.

Votre commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s