Une tournée très réussite pour le film Catastroika en Belgique

Salle pleine au Cinéma Vendôme 24/09/12

Du 22 au 27 septembre l’Initiative de solidarité avec la Grèce qui Résiste a co-organisé une tournée des projections et des débats autour du documentaire Catastroika avec une dizaine des syndicats et associations: Zin TV, la Fédération syndicale européenne des services publics (EPSU), la Centrale Nationale des Employés (CNE), LBC-NVK,  la CADTM, la CEPRé, FGTB Centre, Corporate Europe Observatory (CEO), Attac Liège, l’ACJJ et les Comités Action Europe (CAE).

Nos invités de la Grèce pour cette tournée ont été le co-réalisateur du film Aris Chatzistefanou (l’autre co-réalisatrice étant Katerina Kitidi) et Flora Papadede, syndicaliste dans la société publique d’électricité (PPC) qui figure dans le film. Le but a été d’expliquer au public belge les conséquences néfastes de la privatisation des services publics en Grèce, afin de contribuer au renforcement des luttes contre les privatisations en Belgique. On a aussi voulu l’informer sur la situation en Grèce afin de sonner l’alarme sur la nécessité de l’organisation d’une lutte décisive contre l’austérité imposée aux travailleurs en Belgique. 
Plus de 400 personnes ont participé aux éventements de la tournée. 


Notre voyage a commencé à Liège. Autour de trente personnes se sont rassemblés au Centre Poly Culturel Résistance (CPCR). Avec Emilie Paumard de la CADTM comme animatrice, elles ont eu l’opportunité de discuter avec Aris et Flora, entre autres sur le rôle joué par des mouvements fascistes pour freiner la mobilisation populaire contre les privatisations et l’austérité, mais aussi sur le rapport de l’organisation de la lutte au niveau national et la solidarité internationale. Un Comité contre l’austérité en Europe avait été créé à Liège avant la projection.


La projection au CPCR, Liège
Les participants au débat à Liège

Dimanche, le Corporate Europe Observatory a accueilli à Mundo B (Bruxelles) une 50aine des participants. Après l’introduction du film par Aris, deux discussions en panel ont eu lieu.  Le premier panel sur la privatisation de l’eau a été composé par Emmanuel Petrella de l’Institut Européen de recherche sur la Politique de l’Eau, qui nous a parlé entre autres de l’expérience très négative de Bruxelles avec Suez et Pablo Sanchez de l’EPSU, qui nous a rappelé de soutenir leur Initiative Citoyenne pour collecter 1 million de signatures faisant appel à la Commission européennede protéger le droit à l’eau, reconnu comme droit de l’homme par l’ONU.

Le deuxième panel s’est consacré aux conséquences sociales graves de la libéralisation de l’électricité imposée par l’Union Européenne. Flora Papadede et Thibaud de Menten des Equipes populaires, éditrices de l’ouvrage collectif « Défendre nos droits sur les marchés du gaz et de l’électricité », ont donné des chiffres spécifiques sur l’augmentation des prix et sur la pauvreté énergétique en Belgique et en Grèce. Flora Papadede a souligné que la majorité des ménages aujourd’hui dans la Grèce de la Troika ont des difficultés à payer leurs factures.  Elle a aussi insisté sur le fait que l’électricité – tout comme l’eau et les chemins de fer – est un monopole naturel où une concurrence réelle ne peut jamais exister. Le choix oligarchique c’est de le livrer aux actionnaires des multinationales. Le choix démocratique c’est de l’avoir sous contrôle public avec la participation des travailleurs et des citoyens.
Le participants à l’atelier au Mundo B, Bruxelles
La projection principale de la tournée au Cinéma Vendôme de Bruxelles a été remplie de 160 personnes et on a dû refuser l’entrée aux derniers arrivants. Un débat très dynamique a suivi le film.  Le temps de disponibilité de la salle étant limité,  la discussion a dû continuer à l’entrée du cinéma et puis dans un café du coin.

Avant la projection au cinéma Vendôme à Bruxelles

Mardi, CEO et EPSU ont organisé une projection dans le Parlement Européen en coopération avec l’Eurodéputé Nikos Chountis. Soixante assistants parlementaires, fonctionnaires mais aussi des citoyens ont suivi la séance, et discuté à la fin comment les syndicats européens peuvent montrer leur solidarité aux travailleurs Grecs en lutte: en résistant l’austérité là où ils sont.


La projection au parlement européen
Mercredi 26 septembre, Catastroika a été accueilli par l’asbl Cepré et la FGTB Centre à la Louvière. La soirée qui a ressemblé une 40aine de militants a été co-organisé aussi par des organisations locales comme le Club Achille Chavée et la Formation Léon Lesoil. Freddy Bouchez du CEPRé assuré l’animation, Ahmed Ryadi, Secrétaire de la FGTB Centre a ouvert le débat. Jean Marx Lauwers représentanat CGSP secteur Ministère des Finances a complété le panel à côté d’Aris et Flora.

Le panel à La Louvière avec les interprètes
La tournée a été clôturée à Anvers sous l’hospitalité de LBC-NVK. Martin Pigeon du Corporate Europe Observatory a intervenu  sur des exemples réussites de remunicipalisation de l’eau. Skender Balecide la CSC-services publics est revenu sur la pétition d’EPSU. Flora Papadede a été rejoint par Bert De Wel de l’ACV pour le deuxième panel sur l’énergie. Le secrétaire de LBC-NVK Anvers, Ferre Wyckmans qui assurait la modération a donné à la fin la parole à Aris Chatzistefanou. Un public jeune (autour de 60 personnes) a posé des nombreuses questions.

Atelier à Anvers
Pendant les projections, l’Initiative a eu l’opportunité de diffuser, à travers des tracts, des informations sur la situation économique en Grèce, l’activité criminelle de l’organisation Néonazi Aube Dorée, la violence policière et des grèves en cours.
En vendant des DVD avec les deux films d’Aris Chatzistefanou et Katerina Kitidi (Debtocracy et Catastroika) en coopération avec Zin TV et avec le revenu de la projection au Vendôme, on a récolté plus que 700 Euros pour soutenir les grévistes à la métallurgie Viomichaniki Metaleftiki, la pâtisserie Chatzis ainsi que les licenciés des Acieries Grecques qui ont fait la grève pour 9 mois.  

Flora Papadede et Aris Chatzistefanou
Aris Chatzistefanou et Flora Papadede ont été invités à une émission de Radio Panik et Aris a été interviewé par l’Antenne CentreTélévision de la Louvière.

Catastroika a continué son voyage en Allemagne sous les auspices du Rosa Luxemburg Stiftung.

Advertisements

Votre commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s